Loi pinel: l’âge légal de départ à la retraite mentionné pour « atteindre l’équilibre financier », selon le projet de loi amendé

Un changement que l’on apprend dans cette nouvelle journée de grève qui rassemble plusieurs manifestants à travers la France contre la réforme des retraites.

Le projet de loi révisé sur la réforme des retraites autorisera le gouvernement à prendre par ordonnance « toute mesure (…) pour atteindre l’équilibre financier » du futur « système universel », y compris en modifiant « l’âge des droits à pension ».

Alors que le gouvernement a temporairement supprimé l’âge pivot, l’AFP a obtenu ce mardi une copie de la saisine transmise au Conseil d’Etat.

Ce document, qui ne concerne que l’article 56 bis, prévoit qu’une « conférence des financiers », réunissant syndicats, employeurs et « représentants de l’Etat », propose « avant le 30 avril » des « solutions » permettant d’atteindre l’équilibre financier de tous les régimes de retraite de base en 2027 « .

Prescription pour certains « paramètres »

Quel que soit le résultat, le gouvernement légiférera ensuite par ordonnance, dans les 3 mois suivant le vote de la réforme au Parlement. Le champ d’application de cette ordonnance sera toutefois limité à certains « paramètres », à commencer par « l’âge de la retraite ».

Or, l’article 23 du projet de loi précise clairement que « l’âge de la retraite est fixé à 62 ans », comme l’avait promis Emmanuel Macron avant son élection. Les « conditions d’âge et de durée » des cotisations à une pension à taux plein et les « conditions d’escompte et de prime sur ce taux » sont également susceptibles de changer.

Deux formules qui désignent «l’âge d’équilibre» (ou âge pivot), d’ailleurs évoquées une quarantaine de fois dans le reste du texte, que le gouvernement prévoyait initialement d’introduire à partir de 2022, avec un objectif de 64 ans en 2027 et un «bonus» / peine « censée » encourager les Français « à » travailler un peu plus longtemps « .

Cela laisse également la porte ouverte à une accélération de l’allongement de la période de cotisation dans le système actuel, qui devrait passer à 43 ans en 2035.

La liste des «paramètres» comprend également la «mobilisation du fonds de réserve pour la retraite» et «l’affectation des revenus à l’assurance vieillesse», via des augmentations de cotisations ou des transferts de ressources existantes. Une fois l’ordonnance publiée, « un projet de loi de ratification (sera) déposé dans les trois mois ».

Emmanuel Macron promet de « continuer d’expliquer et de consulter »

Lors d’un voyage à Pau, Emmanuel Macron a déclaré que le gouvernement « continuerait d’expliquer et de consulter » sur la réforme des retraites afin de soulever une « inquiétude » selon lui « légitime ».

« Quand vous prenez la peine d’expliquer et d’écouter, vous pouvez lever beaucoup d’ambiguïtés », at-il ajouté lors de la visite d’une usine à Pau. _ « Nous n’augmenterons pas le mécontentement des personnes qui protègent » les régimes spéciaux « _que je suis déterminé à mettre fin », a-t-il toutefois déclaré.

Emmanuel Macron a fait, pendant dix minutes, la pédagogie de cette réforme très contestée, après des semaines au cours desquelles il a laissé le Premier ministre Edouard Philippe en première ligne.

« Je suis convaincue que c’est le seul moyen de recréer la confiance et de défendre ce à quoi nous, les Françaises, sommes attachés, c’est ce qu’on appelle le modèle par répartition (…) qui seul permettra de consolider un modèle où les travailleurs continuent de financer la retraite des retraités. «  » Cela implique des changements et une projection progressive de chacun vers un système plus simple, plus juste et plus universel« , il ajouta.

Laisser un commentaire